Si ce message ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
 

Ports : Les enjeux du futur guichet unique

La 2ème édition du salon Seagital a été l’occasion d’aborder les enjeux du Guichet unique portuaire.

L’atelier « Guichet unique portuaire » (GUP) a réuni autour de ce sujet d’actualité les Grands ports maritimes, les ports de la région Bretagne, les ports normands et les partenaires associés au développement de cet outil, parmi lesquels les Douanes, l’Union des ports français, la Direction générale des infrastructures, des transports et de la mer et la Direction des affaires maritimes. Il a permis de rappeler les objectifs du Guichet unique portuaire qui simplifiera les démarches des déclarants, facilitera les escales portuaires et permettra de disposer d’un système fiable, souple et interconnecté.

Si ce futur guichet s’inscrit dans la mise en place de la directive européenne 2010/65 - relative aux formalités déclaratives applicables aux navires à l’entrée et à la sortie des ports -, les participants se sont accordés sur trois exigences : anticiper pour ne pas subir de nouvelles directives, harmoniser les systèmes d’information et concevoir le GUP comme un levier de compétitivité capable de renforcer l’attractivité de ses ports.
L’enjeu est de taille et exige l’engagement de tous : les administrations (DGTIM, douanes, DAM), les ports qui ont affiché leur volonté d’être acteurs de ce dossier et démontré leur capacité à travailler ensemble mais également les partenaires professionnels locaux parmi lesquels les unions portuaires. L’ensemble des ports a aussi souligné la nécessité de prendre en compte l’existant et de valoriser les bonnes pratiques, tout en préservant l’équilibre économique de l’outil.
Parmi les attentes exprimées, figurent les exigences de simplification et d’harmonisation, notamment avec le système douanier.

L’atelier a posé les bases d’un plan d’action. Une étude d’opportunité devra être réalisée pour le 15 octobre 2012 : elle portera notamment sur la mise en place d’une gouvernance et l’analyse de l’existant et des besoins exprimés par les différents acteurs, une phase de test est prévue en décembre 2014. Un groupe de travail sera constitué au sein de l’UPF pour traiter des systèmes d’informations portuaires et donner une suite au salon SEAGITAL. Enfin la question d’un cluster Marétique a été évoquée ; il pourrait être ce « lieu de rassemblement » qui permettrait aux différents acteurs de suivre le travail sur la réglementation européenne et ses échéances mais également de consolider l’existant.

> Ce qu’ils en pensent

"Se baser sur l'existant"
Serge Doba,
Direction Générale de l’Aménagement du Logement et de la Nature

Serge Doba, pour qui l’architecture technique du futur guichet unique doit permettre la compatibilité entre les systèmes nationaux et européens, a mis en avant les exigences de fiabilité et de souplesse du futur outil : « la qualité des données est primordiale pour avoir une information utile, fiable, sécurisées et sans ressaisie ; en se basant sur l’existant et sur ce qui marche, il convient donc de tout concevoir pour que la bonne information soit saisie au bon moment par le bon acteur et qu’elle permette à chaque acteur de réagir rapidement. Le GUP doit en outre être souple et adaptable pour évoluer rapidement ». Soulignant « l’indispensable participation active de l’ensemble des acteurs et en particulier des ports », Serge Doba a rappelé la volonté pour la DGTIM de « se positionner en leader » sur la mise en place du Guichet unique pour lequel il évoque « une phase de test prévue en décembre 2014 ».

 
"Catalyser"
Geoffroy Caude,
Délégué général de l’Union des ports de France (UPF)

Geoffroy Caude, délégué général de l’Union des ports de France (UPF), avait eu l’occasion de rappeler combien « la France a su se montrer pionnière en matière d’informatique communautaire », soulignant « la collaboration entre grands ports maritimes eux-mêmes sur différents outils en la matière ». Selon lui, la méthode de travail doit reposer sur quelques règles de base : si l’implication de l’ensemble des parties prenantes est déterminante, « il convient de travailler de manière décloisonnée entre ports et avec les administrations. Il convient également de s’inspirer de l’architecture des Systèmes de Transport Intelligents » et d’utiliser les systèmes et outils existants. Dans le cadre d’un groupe de travail constitué au sein de l’UPF, Geoffroy Caude propose de « créer et d’animer un forum dédié aux systèmes d’informations portuaires ». Le délégué général avait précédemment rappelé « le rôle de catalyseur que l’UPF est prête à jouer si les ports le souhaitent».

Si vous ne souhaitez plus recevoir de message de notre part, cliquez ici .
Conception & Réalisation : OPTEAM - www.opteam.net